Les artistes de l’escale Arabe

Nous avons demandé à notre guide, Yasmine, de nous conseiller des artistes pour illustrer la partie culturelle de notre première escale consacrée à la langue Arabe.

En musique

Yasmine a souhaité nous donner à écouter une chanteuse algérienne, Souad Massi. Elle ne s’exprime  pas en Arabe littéral mais en Arabe algérien, en Français, en Anglais et en Berbère et  peut mélanger ces langues dans un même morceau. Alors évidement, à Latou2 Babel, nous ne pouvions qu’être conquis-es.

Souad Massi a grandi dans une famille de musiciens. Ses oncles et frères lui ont fait découvrir le jazz, le rock, la pop, la folk, et le chaâbi, qui vont influencer ses compositions. Le chaâbi, qui veut dire populaire en arabe, est l’un des genres musicaux les plus appréciés en Algérie. Il est dérivé du mouvement arabo-andalou qui est lui-même le croisement de la musique Espagnole et portugaise et arabe et puise ses origines au treizième siècle.

Après plusieurs collaborations en Algérie, dont l’une très remarquée en 1989 avec le groupe de hard-rock Atakor, Souad se lance en solo. En 1999, elle est invitée à participer au festival Femmes d’Algérie, durant lequel elle est repérée par une maison de disque. Elle décide de rester en France, et sort son premier album Raoui en 2001. Celui-ci obtient le Prix du Haut Conseil de la Francophonie, et la chanson éponyme est récompensée par le prix de la chanson Étrangère décernée par l’Académie de Charles Cros.

En 2003, Souad Massi sort son deuxième album Deb, qui sera récompensé par une victoire de la musique. Aujourd’hui, Souad Massi a quatre albums à son actif, composés de morceaux dont les paroles mêlent espoir et nostalgie dans un métissage culturel et musical. L’une des chansons de notre guide est Yemma, qui veut dire « je te mens ».

La voici :

En papier

Pour son choix de livre, Yasmine nous conseille le roman Al-mirâth (L’Héritage), de Sahar Khalifa. Malheureusement, celui-ci, publié initialement en 1997, n’est plus édité en français, nous vous conseillons donc, outre surveiller vos librairies d’occasion préférées, de vous tourner vers ses autres ouvrages encore disponibles.

Sahar Khalifa
L’auteur Sahar Khalifa

Sahar Khalifa est une auteure féministe palestinienne née à Naplouse en 1942. Elle publie son premier roman Al-Subbâr, en 1976. Traduit en français sous le titre Chronique du figuier barbare, il a été adapté en plusieurs langues, et traite des questions de l’immigration et de la crise identitaire..

Dans les années 1980, elle part aux États-Unis pour étudier la littérature anglo-saxonne, et y obtient un doctorat pour sa thèse sur la littérature féminine noire. À son retour en Palestine en 1988, elle fonde le Centre d’études féminines qui se consacre à l’enseignement, la recherche, et de l’action communautaire sur le rôle des femmes et leurs statuts.

Sahar est considérée comme l’un-e des plus grand-e-s écrivain-e-s palestinien-ne-s, et a publié plusieurs romans, ainsi que des essais sur la condition féminine. »)

Lisez le mot de l’éditeur sur le roman L’impasse de Bab-Essaha 

Regardez l’entretien avec Yasmine

Lisez aussi les lieux qu’elle nous conseille